Pourquoi je veux être indépendant? Les 3 exemples qui me font réfléchir

Suite à mon dernier article du million, je décide d’écrire cet article pour vous partager les raisons pour lesquelles je recherche l’indépendance (j’avais aussi participé à un concours de blog en début 2012, vous pouvez aussi le relire en cliquant ici). Une indépendance par laquelle je veux être libre de mon emploi du temps, en contrôle de ma vie et de mon futur en passant par la création de revenus alternatifs.

Les exemples cités ci-dessous sont des exemples réels de personnes très proches de moi, elle concernent:
– mon ami qui s’est fait remercier un dimanche soir au téléphone par son agence de placement
– ma campagne qui a vu toute son équipe (y compris son management) se faire offrir un “package de départ”
– mes parents qui vont devoir encore et encore se serrer la ceinture après l’avoir fait toute leur vie


independant-financierement-reussir-au-canada

 

L’exemple de mon ami
Commençons avec mon ami C., qui venait de trouver un emploi type centre d’appel via une agence de placement pour un contrat à durée indéterminée ou “permanent” en anglais. Motivé d’avoir trouvé un emploi, il se levait chaque matin pour répondre à la demande des clients de cette grande compagnie après une formation d’un mois. Son emploi du temps est typique, travailler la journée entre 8h à 20h les jours de semaine. Un mois plus tard, un dimanche soir vers 18h, C. reçoit un coup de téléphone de son agence lui informant de ne pas revenir le lendemain pour cause de baisse d’activité. Imaginez ce coup de fil “veuillez ne pas revenir au boulot demain“. Ceci n’est pas un cas rare puisque plusieurs personnes ont du être stoppées. Je ne pointe ni l’agence ni la compagnie ni personne, simplement le fait que plusieurs personnes sont maintenant sans emploi et doivent changer leur plan du jour au lendemain. Avec cet exemple, on se dit tout de suite “ceci arrive parce que c’est une agence de placement et moins dans les grandes compagnies“.

 

L’exemple de ma compagne
Ma compagne est employée dans un des leaders Canadien de la grande distribution depuis plus de 5 ans, elle venait tout juste d’intégrer un nouveau département et une nouvelle équipe qu’elle aimait tant. Un mercredi matin après quelques mois d’intégration, toute son équipe est convoquée sans raisons dans une salle spéciale des ressources humaines. On leur demande de quitter les lieux avant la fin d’année. Les RH avaient tout préparé en offrant le package spécial de départ, même le management n’a pas été épargné puisque son N+1 et N+ 2 ont été touchés par cette décision. Vous vous imaginez manager d’un grand département rentrer le soir et annoncer la nouvelle à votre partenaire? Une chance que ma compagne était une “suppléante” à l’équipe et n’ait pas été touchée par cette restructuration. Encore un exemple qui ne sort pas de l’ordinaire, le Globe and Mail en a même publié un article. J’étais en voyage à Montréal cette semaine là et je vous assure que je pouvais ressentir le choc qu’ils ont du subir à travers les récits de ma compagne.

 

L’exemple de mes parents
Cette situation peut vous paraitre très classique car il est possible vos parents le vivent ou que nous allons probablement y passer. Mes parents comme tous vos parents sont le genre de personnes qui travaillent et ont travaillé dur toute leur vie, en tout cas depuis 1974 pour les miens (l’année de leur arrivée en France). Comme tout le monde et comme nous tous à notre arrivée au Canada, ils ont cherché un emploi pour subvenir à leurs besoins primaires, ils ont connu le système des 41,39 et 35 heures par semaine. Encore comme tous les parents, ils ont cotisé au système de chômage et de retraite pendant presque 38 années de leur vie représentant maintenant plus de la moitié de leur vie. Ma mère est caissière dans un supermarché et mon père manutentionnaire malgré une licence de droit alors je vous assure que nous n’avons pas grandi dans le luxe. Aujourd’hui mon père (semi-retraité) a pour but de retourner dans son village natal et y construire une école pour les enfants du village. Cependant comme beaucoup de personnes dans sa situation il ne reçoit qu’une pension de retraite par le gouvernement. Lorsqu’il me l’a annoncé, je vous assure que cette pension est ridicule par rapport au nombre d’années travaillées. Malheureusement, la réalité fait que ce projet d’école va être très difficile mais même sans cela, je ne vois pas comment mes parents pourront vivre de cette manière. Vous connaissez la suite, ils ont serré la ceinture comme beaucoup de parents pour éduquer leurs enfants et faire vivre la famille, ils devront probablement se serrer la ceinture encore pendant toute leur retraite. Parent ou pas, c’est très dur de voir des personnes qui ont fait le maximum se voir récompenser de cette manière. C’est comme pédaler à fond dans la semoule et avancer aussi vite qu’un piéton.

 

Une réalité que j’accepte
ci encore je ne pointe personne, ni le gouvernement, ni le système ni mes parents. C’est une réalité que j’ai bien accepté depuis longtemps et qui je ne changerai pas. Avoir une pension de retraite ou de chômage est toujours mieux que rien, je ne me plaindrai pas si je la recevrai. Ce que je constate c’est qu’au final vous n’avez rien pour vous (heureusement mes parents ont la chance d’être maintenant pleinement propriétaire de la maison depuis 1 an). Dans les 2 premiers exemples, on pourra se chercher des raisons que c’est le marché, l’économie mais qu’une fois votre job retiré il ne vous restera rien.
Dans le cas où cela m’arriverait maintenant, j’insiste encore mais je n’aurai rien. Je ne m’enfuirai pas avec les produits et services de ma compagnie.
Aujourd’hui j’ai le choix de continuer de travailler, cotiser et avoir cette vie normale que l’on pense souvent sécurisée. OU réagir dès maintenant et tenter quelque chose pour éviter cette situation

 

Notre futur ne dépend que ce que nous entreprenons aujourd’hui
Cet article n’est pas pour se motiver à démissionner, ni pour dire qu’il faut faire comme ceci ou cela, seulement  une prise de conscience tant que l’on est encore jeune et avons la force de le faire alors agissons maintenant. Heureusement, il existe aussi beaucoup de personnes qui aiment leur rythme de vie, aiment leur travail et se sentent confortables avec cette idée de sécurité. Mes parents ont immigré et ont vite du subvenir à la famille comme j’ai du choisir un job de porte à porte à mon arrivée. Certains diront que nous n’avons pas le choix, d’autre diront qu’il est encore temps. Chaque situation est discutable, mais personnellement si je dois échouer ou galérer à ma retraite je veux au moins avoir le mérite d’avoir essayer. Me créer des revenus alternatifs est bien la route que je choisi pour éviter cette situation et contrôler mon avenir.

Articles qui pourraient vous intéresser:
– 
Mon concours sur l’indépendance
– Pourquoi ne pas avoir le temps est un mensonge?
– Ma pyramide d’immigration
– La procrastination, ses sources et comment l’éviter?
– Section ” Développement Personnel du blog”

 

Que pensez-vous de l’idée d’être indépendant? Avez d’autres situations à partager? Si vous avez trouvé votre voie, partagez nous vos secrets? Où en êtes vous dans vos résolutions 2013? Comment vous voyez dans 10 ou 20 ans, à la retraite? 

Showing 5 comments
  • Sylvie Laflamme
    Répondre

    Excellent article ! Bravo !

    Que de vérités pour une personne aussi jeune! On voit que vous avez beaucoup vécu et traversé d’épreuves.

    Ce que vous racontez pour vos parents est un peu aussi mon histoire. Ayant travaillé dur depuis mon adolescence, je me suis retrouvée face à rien lors de mon divorce. J’ai dû tout recommencer de zéro.

    Le problème: la santé n’était plus au rendez-vous.

    J’ai donc créé mon emploi sur le web. Ce ne fut pas facile et ça ne l’est toujours pas. Mes semaines sont rarement de moins de 80 heures de travail assidu mais au moins je paye mon hypothèque, mes factures et je mange bien tout en étant au chaud et en sécurité. Ce qui est déjà beaucoup plus que bien du monde.

    Ne croyant plus aux possibilités d’une rente à ma retraite, je me suis fait à l’idée que je travaillerai aussi longtemps que Dieu me le permettra. Ensuite, ce sera sa volonté…

    Mais le web a ceci de formidable que nous pouvons recevoir des revenus de plusieurs sources et tout ça pendant les mêmes heures et les revenus entrent que l’on travaille ou que l’on dorme si on a bien fait les choses.

    Il faut aussi investir en soi. Qu’est-ce qui est le plus coûteux? Une formation qui vous permettra de réaliser vos rêves ou l’ignorance qui vous fera dépenser inutilement à tenter de croire tous les menteurs qui vous vendent du rêve ?

    Pensez-y et surtout n’achetez pas n’importe quelle formation. Vérifiez si les étudiants ont réussi, contactez-les, voyez avec eux si cette formation vous convient. Ne vous fiez pas qu’à la lettre de vente… c’est très souvent bidon.

    Mais il y a d’excellentes formations présentées par des gens très sérieux qui gagnent leur vie en ligne comme je le fais. Eux ils prêchent par l’exemple au lieu de vivre de la vente de leurs formations uniquement.

    Le soleil brille pour tous, il suffit de sortir de l’ombre et oser se tenir debout face à lui pour en être inondé.

    Merci de ton article que j’ai beaucoup apprécié.

    Sylvie

    • Phala
      Répondre

      Bonjour Sylvie,

      Merci pour le passage sur mon blog et ce commentaire qui me touche droit au coeur.
      Je peux te dire que tu as du caractere car travailler plus de 80 heures par semaine est une chose que peu de personnes font.
      Continues comme cela car comme tu le dis tu es dans une situation bien mieux que pas mal de monde.

      Accroches et Dieu t’aidera.

      Phala

  • Thomas Fernandez
    Répondre

    Article très intéressant et je commente via FB! 🙂

  • miss love
    Répondre

    L’indépendance est la clé de la vrais liberté.Bravo pour cet article qui donne vraiment envie de réussir.

Leave a Comment