Liberté Financière | Prérequis 1

Mes amis savent que je kiffe les bons repas. Alors aujourd’hui, j’ai décidé de t’inviter au restaurant ! Entrée, Plat, Dessert, la totale.

Au cours de ce repas, je vais te parler des 3 prérequis qui vont te permettre d’atteindre la liberté financière. Sache que ces prérequis doivent devenir des HABITUDES. Ne pas avoir de prérequis, c’est comme pédaler dans le vide. De mon côté, il a fallu que je change ma façon de penser, et que je bouleverse mon quotidien pour m’approprier ces nouvelles habitudes.

Alors, partant ? Sans plus attendre, on commence tout de suite avec l’Entrée, notre prérequis numéro 1, j’ai nommé LA MOTIVATION

Enjoy !

Mes Amis, mes Amours, mes Emmerdes…

La chanson de Charles Aznavour passe en background pendant qu’on déguste notre entrée. Je changerais bien son refrain en “Mes frustrations, mes Obstacles, mes Revanches”. 

Mes frustrations :

On dit souvent que notre personnalité est liée à notre enfance et à notre éducation. Avec le recul, je peux te dire que ce sont les frustrations ressenties dans mon passé qui m’ont poussé à devenir libre. Une des frustrations qui m’a vraiment marquée était de ne pas AVOIR les mêmes choses que les autres.

Ce n’est plus un secret, tu sais que j’ai grandi dans la classe ouvrière. Un des moments les plus frustrants de ma vie a été de comparer avec mes amis de l’école, les cadeaux reçus à Noël. Wow, lui avait eu un magnétoscope, lui une Super Nintendo, un autre une télévision. Et moi ? Eh bien j’ai fait genre d’avoir reçu la même chose…

En réalité, je n’avais rien eu. Mais le pire dans cette histoire était que je me sente gêné et obligé de mentir. 

Autre frustration : comme j’étais l’aîné parmi les garçons de ma famille (nous étions 4 enfants à la maison), j’avais la charge de remplir tous les papiers administratifs pour mes parents. Et là, je serrais les dents à chaque fois qu’il fallait remplir la catégorie socioprofessionnelle. 

Numéro 65. Ouvriers qualifiés. 

Dans ma classe, j’étais majoritairement entouré d’élèves dont les parents étaient employés, fonctionnaires ou libéraux. Il n’y avait personne d’autre dans la même catégorie que moi. Cette frustration de ne pas ÊTRE comme les autres m’a beaucoup impacté. 

Dans ce même contexte de frustrations socioprofessionnelles, j’ai malheureusement aussi vu les rêves de mon père se briser. Mon père avait un énorme potentiel : il a grandi au Laos, et il a été le SEUL de sa famille à aller à l’école, et le SEUL de son village à atteindre le niveau universitaire. Ceci lui a permis d’obtenir une bourse pour immigrer en France. 

Je voyais toujours mon père démarrer sa journée à 7 heures du matin, et rentrer à 17 heures. Il nous disait bonjour, et repartait illico avec sa mallette pour ses cours du soir. Son grand rêve était de devenir diplomate entre le Laos et la France. Mais son quotidien était compliqué : entre son travail, ses enfants et ses études, il a préféré CHOISIR SA FAMILLE et abandonner ses études. 

Lorsque je le voyais discuter avec ses amis, je sentais “qu’il ne nageait pas dans la même piscine”. C’est à ce moment que j’ai compris que pour devenir libre et vivre ses rêves, il est crucial de s’entourer des bonnes personnes

La dernière frustration que je partage avec toi est le stéréotype des gens de banlieue. Est-ce que tu connais cette sensation ? J’ai grandi dans la ville de Gonesse, en banlieue parisienne. À l’époque, beaucoup de personnes avaient une image négative des habitants du Val-d’Oise, de la Seine-Saint-Denis (“le neuf trois”) ou encore de la Seine-et-Marne. Nous étions des banlieusards… J’ai pris ce cliché pour le transformer en ÉNERGIE quand je suis arrivé en école de commerce. Mais une fois de plus, j’étais un ovni de banlieue qu’on regardait bizarrement. 

J’ai gardé cette même énergie et motivation quand je me suis installé au Canada. 

Je me suis dit : “C’est ta chance, ta famille compte sur toi !“. 

Tout l’espoir était sur mon père lorsqu’il a immigré en France, à mon tour de prendre un peu sur mes épaules.

“Je vais vous montrer qu’un banlieusard peut réussir, et avoir la vie de ses rêves”. 

J’ai réussi grâce à la Motivation. 

C’est la motivation qui m’a permis de surmonter mes frustrations, les doutes et le regard des autres. C’est pourquoi il est important que tu connaisses TA SOURCE DE MOTIVATION, car c’est elle qui fera toute la différence lorsque tu seras amené à affronter des obstacles. 

Les obstacles rencontrés :

Parmi les premiers obstacles, je citerai le corps enseignant, et plus particulièrement mon professeur de français. Mes notes étaient catastrophiques à un tel point que mon prof se demande si je parle français à la maison. Après cette attaque, je retrousse mes manches, et me dis que je vais tout faire pour progresser, et montrer qu’ils ont tort. Sans succès. Ma moyenne ne remontait pas. 

Je suis passé en première et, arrivé aux résultats des épreuves du bac français, le proviseur me convoque. “Phalakone, je ne peux PAS te laisser passer en terminale. Tes notes du bac français sont trop faibles. Tu n’auras jamais ton bac l’année prochaine”.

Alors oui, j’ai eu 4 à l’écrit et 9 à l’oral, et oui… c’étaient les résultats les plus mauvais de tout le lycée, toutes sections de premières confondues (L, ES, S, SST). Tu imagines un peu ? C’était mal parti, et pourtant…

L’heure de la revanche a sonné :

J’ai eu ma première revanche quand j’ai obtenu mon bac du premier coup. La moyenne est gravée dans ma tête : 10,54. J’étais content de l’avoir eu du premier coup. Je constatais aussi que certains se retrouvaient au rattrapage alors qu’ils avaient été meilleurs que moi toute l’année. 

Rien n’est défini à vie, tout peut encore se jouer. 

Je rencontre d’autres obstacles en m’installant au Canada. Mes petits boulots ne me donnent pas satisfaction : job alimentaire, porte à porte en plein hiver pour vendre des abonnements, centre d’appels à gagner 13 dollars de l’heure, etc. Mais une fois de plus, grâce à la motivation, j’ai pu rebondir, et décrocher un SUPER BOULOT en tant que gestionnaire de comptes. Mais là aussi, j’avais un nouvel obstacle : mon patron. 

Je n’en pouvais plus de ces obstacles qui généraient des tonnes de frustrations en moi. Donc, un moment, j’ai dit STOP, j’ai quitté mon boulot pour démarrer mon business à ma façon. 

Il est important d’avoir un feu ou une passion qui t’anime. Tu dois absolument trouver LA RAISON qui te pousse à faire ce premier pas vers la liberté financière. 

Alors, permets-moi de te poser la question : POURQUOI veux-tu atteindre la liberté financière ?

Le serveur arrive pour débarrasser l’entrée. Lorsqu’on s’attaquera au plat principal, je te parlerai du deuxième prérequis de ta liberté financière – ton Environnement.

Mais en attendant, j’aimerais que tu me dises dans les commentaires ci-dessous 👇:

1 – quelle est ta source de motivation pour devenir indépendant et libre financièrement ?

2 – pourquoi es-tu prêt à tout donner pour atteindre ton objectif ?

Merci pour ta participation et à très vite pour la suite.

Phalakone Mysay

👉Joignable sur Facebook, Instagram et LinkedIn


Leave a Comment