Centre d’appel: un job presque obligatoire en PVT

Pour les PVTistes en recherche de premier job ou pour les prochains qui arrivent, si il y a bien un  boulot à éviter c’est celui de centre d’appel (si vous avez la possibilité d’avoir autre chose bien entendu).
Aucune autonomie, aucun effort intellectuel ni de réflexion, ce n’est que du répétitif et pire, si vous êtes en appel sortant.Ne croyez pas que c’est vous qui contrôlez les appels, loin de là, c’est la machine qui les lance à votre place.
Concrètement, une fois que vous allumez votre poste informatique en ayant mis votre avec votre casque équipé d’un micro, c’est parti pour raconter les mêmes histoires aux clients.Sur une journée de 8 heures, vous avez droit à deux pauses de quinze minutes  en plus de trente minuste minutes de repas, et là encore vous ne choisissez pas l’heure de vos pauses qui sont bien entendues chronométrées à la moindre minute. Donc à vous de faire les malins et inventer des pauses toilettes ou difficultés techniques.
En plus de ceci, chaque appel est enregistré, vous êtes écouté à toute la journée, et surtout mon nouveau et fameux manager ne comprend pas les simples fautes d’inattention. Je m’explique, lorsque vous passez un appel il existe différents choix: répondeur vocal, faux numéro, fax, indisponible, rappelez plus tard ou alors refus tout simplement.
Et si par malheur, vous cliquez sur “boîte vocale” alors que c’était un “faux numéro”, c’est le drame.Le moindre retard de 2 minutes doit être expliqué ou être prévenu en l’avance , OK mais difficile quand le manager ne consulte jamais sa messagerie professionnelle. Par contre, lui a le droit d’arriver en retard le samedi de 30 minutes, résultat 30 minutes de paie en moins et là encore, difficile de râler.

Petit “bonjour” d’une collègue il y a 2 mois, ahahahah…

Quelques bons points:
Moi qui ait l’habitude de dire qu’il faut toujours trouver les avantages dans chaque situation, il y en a quelques uns:
– des collègues anglophones et bilingues avec qui on peut délirer et qui nous permettent de tenir chaque longue journée, et surtout je tiens à préciser une équipe multiculturelle (Afghanistans Bangladesh, Jamaïque, Haïti, Somalie, Japon et autres..)
– la possibilité de prendre des jours assez facilement, me permettant de prévoir un trip à Los Angeles début mai avec 2 potes de Gonesse qui débarquent cette fin de semaine
– et la proximité du travail me permettant d’aller au taff en marchant 25 minutes sous le soleil de Toronto
– des anniversaires presque tous les 15 jours où vous vous goinfrez de pâtisseries ou de pizzas

Après tout,on se dit qu’on est en PVT et que la progression se fera lentement, je suis encore loin de ma situation d’avant PVT où il faut dire au revoir:
– aux rendez vous clientèle
– à sa propre autonomie et son propre emploi du temps
– à son PC personnel avec un fond d’écran personnalisé et toutes ses photos
– aux périodes de closing où tout l’open space se met à crier, chanter ou même pleurer
– ou encore mieux, les fameuses voitures de location que j’avais à disposition et que je prenais pour faire le beau
– ahlalalala, à quand le développement professionnel avec un vrai JOB?

Anyways, j’aurais quand même reçu la récompense de “l’Employé le fiable et le plus courtois“, pffffff, si vous saviez ce que j’ai gagné.

Showing 4 comments
  • Mimi
    Répondre

    Alors t’as gagné quoi ? Une bouteille de sirop d’érable ?

  • Anonymous
    Répondre

    c'était quoi comme call center?

  • Phala
    Répondre

    @Mimi: 10$ de carte Tim Hortons

    @Anonyme: Le centre d’appel était Optima Communications et je bossais pour une campagne American Express

  • Le Laotien au Canada
    Répondre

    Un bon 7 mois. 🙂

Leave a Comment