[RAC 24] 2 mois de PVT déjà: un bilan mitigé….

Oui, 2 mois déjà que je suis ici, et comme le dit mon titre, j’en tire un bilan plutôt mitigé.

Pourquoi?

Comme vous le savez bien, je suis de nouveau à la recherche active d’un job et d’une nouvelle collocation, et ceci me donne une impression de recommencer à zéro. Comme si je venais d’arriver hier, et que je dois tout, tout refaire. C’est peut être que je commence simplement à réaliser ce que le mot aventure signifie lorsque l’on part en PVT à l’inconnu. Peut-être est ce le début des premières remises en cause ou des premiers doutes, qui sait.

Le Job….

Cependant, on en tire plusieurs apprentissages de ces recherches à commencer par celle de d’emploi.
Je commence à comprendre maintenant seulement qu’il ne faut pas communiquer sur le mot PVT ou Work Permit d’une année seulement.

Ceci est valable pour les petits jobs de restauration aussi style serveur et fast-food que pour des postes basique comme le service à la clientèle. C’est à la fois surprenant et compréhensible quand on sait que 80% des employés de ce secteur ne vont pas y faire carrière, alors pourquoi demander refuser un jeune français venu ici en PVT améliorer son anglais, tout simplement parce qu’un directeur de restaurant ou un DRH préfère miser sur des personnes de long terme.

L’astuce est maintenant que je communique en disant que j’arrive effectivement de France pour immigrer au Canada, et du coup il se pose moins de questions.
Deuxième réalité aussi, cette fameuse expérience canadienne qu’on nous demande sur le CV, la HR manager m’a demandé pourquoi je postulai à un centre d’appel, honnêtement je me suis senti bloquer même si ma réponse était logique: ce besoin d’une 1ère expérience canadienne.
Alors dois-je réadapter mon CV pour les jobs d’appoint? Est ce que mon profil ne correspond pas ou simplement que je n’arrive plus à me vendre? Aucune idée…

 


La colloc….

Je continue avec ma nouvelle recherche de collocation, car ayant eu une très bonne expérience de collocation à Sophia Antipolis durant mes études, j’essaie forçément de retrouver cette ambiance style “Friends”. C’est à dire pouvoir faire des apéros maison quand on le souhaite, amener ses collègues ou amis à la maison, recevoir sa famille ou ses amis de France sans avoir cette fameuse impression de déranger nos “roommates”. Pour cela, je la joue franc jeu dès le début, en posant quelques questions styles: pourrais je recevoir quelques amis de temps en temps, ou recevoir mes amis provenant de la France. Les réponses ont toujours été les mêmes: tant qu’ils restent 2-3 jours ça va, sinon faut qu’ils paient, ou encore, si tu souhaites amener des amis ce n’est pas plus d’un jour par semaine.
Ma grosse interrogation: est-il préférable d’avoir son propre appart avec ses avantages et ses inconvénients ou faire de la collocation dans cet état d’esprit?

L’anglais…

Point positif pour l’anglais, où je commence à sentir quelques légers progrès grâce à la télévision, les sorties, les cours d’anglais, etc… En même temps, vu le niveau de départ que j’avais, jene peux que progresser mais cela ne va pas assez vite pour moi quand je me dis qu’il ne me reste que 10 mois. Il y a toujours des difficultés de compréhension orale, ou quand on se trouve dans un bar à discuter avec quelqu’un et lui demander de répéter.

Les sorties…

Un point positif aussi, mais qui est forçément lié au job, car sans “money” difficile d’aller boire des verres régulièrement avec les étudiants étrangers d’ESL, les sorties francophones organisées par Torontois.com ou PVTistes.net. Pas facile quand on a un dilemne omniprésent: rester chez soi en gardant des sous ? ou profiter du PVT à fond au risque de raccourcir son billet retour?
Car l’idée d’un PVT, c’est aussi de se taper des trip à Montréal, NYC, Miami, Vancouver et pourquoi pas les Caraïbes ou l’Amerique Centrale.

Au final, je me dis que chaque aventure est unique, ainsi que chaque PVT et qu’il serait prématuré de tirer un bilan final. Certains ont eu tous très vite mais rentrent en France au bout d’un an, d’autres galèrent 4-6 mois mais habitent toujours au Canada avec une résidence permanente.


A l’heure où je post cet article, je suis comme un fou devant “So U think U can dance”, une émission consistant à trouver la ou le meilleur(e) danseur(se) tous styles confondus. Autre émission qui commence demain, “Dance Crew season 3“, pour trouver le meilleur groupe de danse aux US.

Court extrait des Jabbawockeez, vainqueur de Dance Crew saison 1

Certains trouveront cet article contradictoire si je vous dis que je dois sûrement sortir ce soir car j’ai une amie de Montréal qui est là pour le WE, occasion exceptionnelle dit forçément un effort exceptionnel.
A demain pour les photos de ce soir.

Comments
  • Matthieu
    Répondre

    hé courage, 2 mois c’est que le début encore, il te reste plein de choses à voir et à faire 🙂

Leave a Comment